Partenaires

Les partenaires apportent leurs soutiens à la réussite du séminaire en contribuant aux charges financières liées à l’organisation ou en proposant un intervenant, expert dans son domaine, pour partager son expérience et ses connaissances.

Association des Officiers de Réserve de la Marine Nationale (ACORAM)

Contrairement à une idée répandue, la Réserve Militaire n’a pas disparu avec la suspension du Service National et la suppression de la Mobilisation. Les armées font désormais appel, sur la base du volontariat, à des réservistes pour remplir, à temps partiel et en complément des militaires d’active, un certain nombre de tâches. Les réservistes apportent la souplesse qui peut manquer à une armée professionnalisée. Comme ses camarades d’active, le Réserviste est un professionnel, entraîné et formé.

Chaque année, la Marine Nationale forme plus de 200 Aspirants de réserve. Diplômés de l’enseignement supérieur, ils ont en outre reçu une formation d’officier, qui leur a permis de développer des qualités de manager de situations complexes, voire dangereuses, et de meneur d’équipe. Mais ils sont aussi des « Marins », pétris des valeurs que l’on développe en fréquentant la mer.

L’ACORAM – Association des Officiers de Réserve de la Marine – est un réseau de 4 000 adhérents, de tous corps, spécialités, grades. Réservistes opérationnels, réservistes citoyens, honoraires ou anciens réservistes, tous partagent les valeurs de la Marine Nationale, valeurs généralement condensées dans le terme « esprit d’équipage ». Les 40 sections, danslesquelles ils sont répartis, couvrent le territoire métropolitain et l’Outre-Mer.

Présents dans tous les secteurs de l’économie, en particulier maritime (énergie, transport, pêche, défense…), les Acoramiens contribuent à renforcer le partenariat de leur entreprise avec la Défense Nationale en général et avec la Marine Nationale en particulier.

Véritables « ambassadeurs de la Marine », surtout loin des ports, là où la marine est peu présente, ils contribuent à la mission de rayonnement indispensable à la Marine Nationale.

L’ACORAM est le porte-parole des Officiers de Réserve de la Marine vis-à-vis des autorités de la Défense. A ce titre, elle contribue directement non seulement à la résolution des problèmes rencontrés par les réservistes dans leur engagement, mais aussi à la formation et à l’entretien des connaissances de base propres à l’Officier de Marine.
L’ACORAM est l’éditeur de Marine et Océans, pôle médias composé à la fois d’une revue trimestrielle d’information traitant du monde maritime et de géopolitique et d’un site Internet, où s’expriment analystes et décideurs internationaux.

Centre d'Etudes Supérieures de la Marine (CESM)

CESM_LogoSiteInternetD’abord installé à bord de trois croiseurs, puis dès 1897 rue de l’Université à Paris sous le nom d’Ecole des hautes études navales, ce centre évoluera dans son organisation et dans ses concepts, essentiellement à travers le conflit entre la « jeune école », adepte de la primauté du matériel, et « l’école historique » privilégiant la réflexion stratégique et tactique. Cette dernière l’emportera définitivement à la veille de la Première Guerre mondiale, en même temps que seront reconnues les vertus de l’enseignement d’état-major.

Le contre-amiral Castex (1878-1968) ajoutera au prestige de cette école. Son nom reste attaché à une abondante réflexion sur la stratégie maritime, dont les principes sont toujours d’actualité, et à la création de ce qui est maintenant l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (IHEDN). Cette période de l’entre-deux guerres sera marquée par la conjonction d’une vision stratégique claire et de la construction d’une marine à l’échelle des ambitions de la France sous l’autorité politique de Georges Leygues.

Installée dans l’enceinte de l’Ecole militaire à Paris, l’institution devient en 1962 Ecole Supérieure de Guerre Navale (ESGN). Pour suivre l’évolution interarmées dont l’importance a été bien mise en évidence par les crises et conflits récents, cette école est en partie intégrée au Collège Interarmées de Défense (CID) en 1993.

En effet, pour répondre aux besoins de formation spécifique à des fonctions d’état-major, un Centre d’enseignement supérieur de la Marine est maintenu. Il demeure également chargé d’études au profit de l’état-major de la Marine dans les domaines navals et plus largement maritimes.

S’appuyant sur les liens tissés avec la société civile par les pôles enseignement et études, le CESM participe au rayonnement de la Marine. Son directeur est le délégué au rayonnement du chef d’état-major de la Marine. A ce titre, il est responsable du pilotage de la réserve citoyenne de la Marine.

 

Le Centre d’études supérieures de la marine (CESM) assure l’accomplissement de ses missions par la répartition en trois pôles :

Enseignement

Le Pôle Enseignement est responsable de la formation des officiers (Brevet technique et préparation au concours de l’Ecole de Guerre) ainsi que de l’enseignement chez nos partenaires pédagogiques.

Études

Le Pôle Etudes est responsable de la rédaction de publications académiques, scientifiques ou de veille, destinées au grand public comme au public spécialisé, ainsi que de l’organisation des colloques, séminaires et conférences.

Affaires Publiques

Le Pôle Affaires Publiques est responsable de la réserve citoyenne et du rayonnement extérieur de la Marine nationale, dans les sociétés civile et militaire, notamment dans les institutions politiques.

Cluster Maritime Français (CMF)

Le Cluster Maritime Français (CMF) est l’outil de promotion des activités, mais aussi des solidarités, maritimes françaises. En progression constante il rassemble actuellement près de 250 acteurs de la mer (grands groupes, PME, TPE, fédérations professionnelles, associations, établissements publics spécialisés, et une « administration » très particulière : la Marine nationale). Créé en 2005/2006 sous l’égide de l’Institut Français de la Mer, avec la volonté de faire entendre la voix de ceux qui vivent de/avec la mer et qui la respectent, il ambitionne de représenter, faire rayonner et en définitive développer, la « place maritime » française.

Communication, dialogue constructif avec les Autorités (essentiellement nationales ou européennes), recherche permanente de synergies concrètes entre ses membres, sont les trois axes de son action. Il édite entre autres une brochure annuelle, qui résume les données primordiales de la France Maritime. Réunissant armateurs, ports, Marine Nationale, pêcheurs, industriels, Pôles Mer de compétitivité, recherche et observation océanographiques, plaisance, constructions navale et nautique, énergies marines renouvelables, services maritimes tels que banquiers, courtiers, assureurs, etc.) il organise de multiples rencontres et activités, par exemple très régulièrement des buffets ouverts rassemblant plus de 200 responsables maritimes publics et privés, civils et militaires. Par exemple encore ce sont près de 4 000 responsables maritimes qui ont travaillé dans ses groupes de travail « transversaux » depuis fin 2006 (12 à 1300 dirigeants et cadres participant en outre régulièrement aux « Assises de la mer » annuelles, et 350 courant les 20 kms de Paris sous le maillot de « L’équipe de France maritime » !).

Affichant clairement son engagement pour la qualité et la sécurité maritimes, le CMF est devenu incontournable dans le paysage maritime français, en particulier en matière de développement durable.

 


Ils sont partenaires du séminaire

Log in