La bataille des Cardinaux

Jean-Yves Delitte, Peintre officiel de la Marine Belge et Membre titulaire de l’Académie des Arts et Sciences de la Mer, est un récidiviste. Son dernier ouvrage traitant d’un désastre aux lourdes conséquences, survenu les 20 et 21 novembre 1759 face à notre ennemi héréditaire anglais, fait partie de la collection sur les grandes batailles navales qui ont changé le cours de l’Histoire, depuis l’Antiquité jusqu’au XXe siècle.

48 pages de dessins scénarisés placent d’abord l’évènement qui s’achèvera aux Cardinaux sur un plan de « petite histoire », mettant aux prises une petite escouade de garde-côtes et leur hobereau breton de capitaine avec des espions anglais mais aussi les vifs échanges verbaux échanges de cet officier de terrain avec des lieutenants de vaisseaux du Grand Corps imbus de leur supériorité.

L’auteur nous transporte ensuite à une cour de Versailles où des ministres aussi intrigants qu’incompétents se pressent auprès de la Marquise de Pompadour qui fait et défait les postes auprès du Roi. C’est qu’une quinzaine d’années après un débarquement en Écosse et la tentative de rétablir la dynastie Stuart du Prince Charles, la France n’a pas renoncé à un débarquement combiné entre Écosse et Sud-Est de l’Angleterre pour régler une fois pour toutes nos différends déjà mondialisés, aussi bien Outre-Mer que sur le continent européen. L’état de notre flotte, l’incompétence des secrétaires de la Marine successifs ont fait litière de ce projet. Mais aussi et surtout la constance d’une Angleterre qui, depuis sa victoire contre l’Invincible Armada, avait bien compris que son insularité et sa faiblesse démographique lui prescrivaient d’entretenir des flottes puissantes de guerre comme de commerce et de susciter les divisions entre les royaumes et principautés de l’Europe pour continuer de prospérer.

J-Y Delitte illustre cet état d’esprit en nous transportant à bord des bâtiments de Sir Edward Hawke qui, avec audace et détermination, va détruire l’escadre déjà en fuite de Conflans dont le navire amiral s’échoue devant Le Croisic après avoir cherché refuge dans le Golfe du Morbihan et l’abri des canons du corps expéditionnaire du duc d’Aiguillon.

La Guerre de Sept ans dont cette bataille navale est un épisode, s’achèvera, entre autres, par la perte de notre Nouvelle France canadienne et de nos possessions indiennes. L’auteur complète sa bande dessinée par un dossier historique expliquant tous les tenants et aboutissants de la bataille des Cardinaux.

CF(H) Jean-Marie M CHOFFEL
17/11/2022

La bataille des Cardinaux
Jean-Yves Delitte
Glénat

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM

Ecole Militaire-Case Postale D

1 Place Joffre

75700 PARIS SP 07

Email:

Log in