Patrouille au Grand Nord

30 juin 2017. Patrice Franceschi reçoit un message venu des brumes de Saint-Pierre-et-Miquelon. Le lieutenant de vaisseau Sébastien Lemoine, ancien membre de son équipage sur le trois-mâts La Boudeuse et désormais commandant du Fulmar lance une invitation à rejoindre l’archipel et, qui sait, à naviguer. Un an plus tard, Franceschi rejoint le bord pour une patrouille au-delà du cercle arctique.

« Lorsque [l’aventure] fait signe, il faut répondre sans se poser de questions – de celles qui font renoncer. » Pour l’ancien capitaine de La Boudeuse, qui affectionne les climats tempérés et la chaleur tropicale, la perspective de croiser par des températures inférieures à zéro n’est pas un motif de renoncement. Il faut dire que la perspective d’embarquer avec son ancien second lieutenant et de naviguer dans une zone où se jouent de nouveaux enjeux stratégiques des des plus réjouissantes.

Une navigation n’est jamais triste et Patrice Franceschi est un conteur. Il sait dire le danger des tempêtes au large de Terre-Neuve et le péril des icebergs qui dérivent sous ces latitudes – que l’on heurte parfois, non sans effroi. Il sait peindre la beauté d’une nature encore brute qui n’a pas encore été malmenée par l’homme, la splendeur des glaciers bleuis à l’entrée des fjords du Groenland, les ailerons des rorquals qui affleurent avec vivacité devant l’étrave et la danse des baleines. Il sait montrer la routine de la vie à bord, la découverte des hommes qui se révèlent peu à peu avec pudeur. Il sait restituer la régularité des exercices avec le patrouilleur danois Rasmussen, aux marins fatigués, tout comme les discussions en escale avec des officiels groenlandais encore confiant dans l’avenir de leur territoire pourtant sujet aux prédations.

Patrouille au Grand Nord est un récit maritime prenant qui rappelle qu’une vie de marin est une vie d’aventures et que l’aventure n’est pas une croisière d’agrément.

Action et poésie se mêlent dans ce livre qui brosse le portrait d’un mode en évolution et des hommes qui le contemplent tout en cherchant à y apporter une certaine stabilité. D’une certaine façon, c’est le livre d’un explorateur, qui s’intéresse aux Inuits – même s’ils ne sont plus ceux que narrait Paul-Emile Victor – comme aux marins, riches de leur expérience, de leurs doutes et de leur complexité. Une belle découverte en cette rentrée littéraire. Patrouille au Grand Nord plaira, et pas seulement à ceux qui ont déjà posé le pied à Saint-Pierre ou foulé le pont du Fulmar. Loin s’en faut.

CC(R) Jean-Pascal DANNAUD
02/11/2022

Patrice Franceschi
Patrouille au Grand Nord
Grasset, octobre 2022

Voir la recension du LV(H) Dominique RENIE

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM

Ecole Militaire-Case Postale D

1 Place Joffre

75700 PARIS SP 07

Email:

Log in