L’invention des dimanches

Si l’on fait abstraction des croisiéristes, nous ne sommes pas très nombreux à avoir navigué au commerce ou sur un bateau gris pendant suffisamment longtemps pour ne plus apercevoir aucune terre pendant une durée significative. Le récit magnifiquement illustré d’une traversée de longue durée sur un porte-conteneurs est donc une pépite à saluer chaleureusement et à diffuser largement. Un tel récit doit également être dégusté lentement. Ne lisez pas L’invention des dimanches d’un seul trait. Contentez-vous de lire le compte rendu d’une journée ou deux en contemplant les illustrations, nourrissez-en votre propre journée, macérez-le et digérez-le. Puis, le lendemain, passez au jour suivant, lentement, ne vous pressez pas, et vous aurez navigué quelques semaines au long cours. Ce peut être l’expérience de vos vacances d’été 2022. A ce rythme lent, vous rechargerez vos batteries et remplirez vos poumons d’air marin, même si vous êtes contraints à ne pas quitter la ville.

L’autrice, Gwenaëlle Abolivier, nous avait enchantés avec le récit de son séjour sur l’île d’Ouessant. Nous lui avions d’ailleurs décerné il y a deux ans le prix Bravo Zulu pour son ouvrage Tu m’avais dit Ouessant. Elle nous fait vivre ici de belle manière la lenteur des grandes traversées, les états de mer difficiles, les fluctuations de l’état du ciel et les états d’âme des marins. Elle nous partage ses états de béatitude et ses impatiences, ses nausées et ses nuits de quart. On s’étonne, cependant, de la durée de la traversée : 57 jours pour rejoindre Rio de Janeiro ! D’où le porte-conteneurs est-il donc parti ? Et pourquoi diable faut-il ralentir le navire lorsque l’horizon est bouché ? Le radar permet normalement de continuer à bonne vitesse en dépit de la brume, pour peu qu’une veille sérieuse soit effectuée… Ces détails prosaïques ne doivent pas gâcher notre plaisir. A la langue poétique de Gwenaëlle Abolivier, Marie Détrée, peintre officiel de la Marine, apporte une illustration de grande qualité. Forte de son talent et de ses nombreux jours de mer, Marie Détrée est une illustratrice merveilleuse. Elle dépeint à la perfection les scènes à bord ou au port, de jour et de nuit, les bateaux, les équipements portuaires, les états de la mer, les hommes au travail à la passerelle, à la machine ou sur la plage avant. Ce duo d’autrices a réalisé un petit livre très attachant qui nous offre cet été un dépaysement appréciable.

LV(H) Dominique RENIE
25/06/2022

L’invention des dimanches
Texte Gwenaëlle Abolivier
Illustrations Marie Détrée, peintre officiel de la Marine
Rouergue

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM

Ecole Militaire-Case Postale D

1 Place Joffre

75700 PARIS SP 07

Email:

Log in