Retrouvez Les voyages immobiles – Rêveries en confinement, textes proposés par le comité de lecture du prix Marine BZ Cliquez ici pour accéder à la page

Prix Marine PhotoEntete

Bravo Zulu


Le voyage du Commodore Anson

1740. La guerre est déclarée depuis un an entre l’Angleterre et l’Espagne. Une escadre britannique, armée de six vaisseaux de guerre et de deux bâtiments pour le ravitaillement, appareille de Portsmouth. Les ordres du roi George et les instructions de l’Amirauté – ruiner les ports espagnols du Chili au Mexique et capturer le galion royal en provenance de Manille – sont aussi exaltants que démesurés pour une flotte aussi réduite, d’autant que ses moyens s’avèrent vite limités. L’escadre, confiée au commodore Anson, appareille avec enthousiasme. Personne n’imagine alors que l’expédition durera quatre ans. Ni qu’elle permettra d’asseoir la suprématie maritime britannique sur l’océan Pacifique au prix d’un tour du monde et de très lourdes pertes. L’honneur sera au rendez-vous pour les rares rescapés n’ayant succombé ni aux tempêtes, ni aux combats, ni aux maladies, au premier rang desquelles le scorbut.

Si une bande dessinée est avant tout affaire de scénario, nul doute que Le voyage du Commodore Anson porte la marque d’un grand récit. Les auteurs se sont alimentés aux meilleures sources, à commencer par Le voyage autour monde de George Anson par Richard Walter (chapelain de l’expédition) paru en 1748 et le journal de bord tenu par l’officier Saumarez, dont ils ont d’ailleurs reproduit certaines gravures et la carte de la circumnavigation. Les évocations de Voltaire et Rousseau sur ce périple sont aussi reprises avec régularité, qui donnent un regard français sur cette aventure. On notera que le scénario prend le soin de se mettre à hauteur d’homme, tout en conservant une vision plus globale de l’épopée, gageure qui n’était pas donnée.

Le dessin désarçonnera certainement les inconditionnels de la ligne claire. On ne saurait que conseiller au lecteur de dépasser le premier étonnement. C’est le gage de la découverte d’un récit épique de longue haleine, au long de pages qui éclairent cette histoire assez méconnue en France. Pour les amateurs d’aventures et de BD historiques, Le voyage du Commodore Anson est un évènement. Les éditions Futuropolis, qui ont fait le pari d’une grande fresque de 275 pages, offrent au lecteur un grand récit maritime, au souffle épique et, pour tout dire, joliment raconté.

CC(R) Jean-Pascal DANNAUD
14/03/2021

Christian Perrisin et Matthieu Blanchin
Le voyage du Commodore Anson
Futuropolis, novembre 2020

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM

118 Rue Saint-Dominique

75007 Paris

Email:

Log in