Retrouvez Les voyages immobiles – Rêveries en confinement, textes proposés par le comité de lecture du prix Marine BZ Cliquez ici pour accéder à la page

Prix Marine PhotoEntete

Bravo Zulu


Edmond Pâris et l’art naval

L’amiral Edmond Pâris (1806 – 1893) est connu pour ses magnifiques planches d’embarcations du monde entier. D’une grande exactitude, elles sont dessinées à l’échelle suivant les principes de la géométrie descriptive.

Ses modèles, Pâris les rencontrera au cours des grands voyages qu’il effectuera au tout début de sa carrière d’officier de Marine. D’abord, il embarque en qualité d’hydrographe sur la corvette l’Astrolabe, sous le commandement de Jules Dumont d’Urville, pour une campagne dans l’océan Pacifique de 1826 à 1829. De ce voyage, il ramènera sa première collection de plans de pirogues. Il embarque ensuite sur la frégate la Favorite sous le commandement de Cyril Laplace, toujours en qualité d’hydrographe, pour une campagne en Asie de 1829 à 1832. Il effectuera un troisième tour du monde sur la frégate l’Artémise sous le commandement de ce même Cyril Laplace de 1837 à 1840.

Pâris rêve de s’illustrer au combat, mais il prend vite le parti d’une carrière savante, d’autant plus qu’il a perdu accidentellement l’avant-bras gauche. Ainsi, la navigation à vapeur, technologie émergente à cette époque dans la Marine, devient son champ d’études à partir de 1840. Entre 1843 et 1862, il commande successivement 10 bâtiments à vapeur, de l’aviso à roue à la frégate à hélice, en passant par le vaisseau mixte. Dans une Marine encore largement dominée par la voile, il n’existe pour les officiers aucune formation à la navigation à vapeur, ils doivent se former sur le tas par l’observation, l’expérimentation et l’échange de pratiques. Démarches dans laquelle Pâris excelle.

Admis dans le cadre de réserve en 1871, Pâris devient Directeur du Musée de la Marine, auquel il consacrera son temps et ses deniers durant plus de vingt ans. Il enrichira les collections de plans et de modèles de navires, réalisés à une échelle commune, avec un souci d’exactitude technique. Il emploiera pour cela des maquettistes, véritables artistes et des peintres connus, comme le Roux père et fils.

Dans l’ouvrage de Géraldine Barron, vous ne trouverez pas de technique. C’est l’homme, son caractère, ses aspirations, son œuvre et son héritage qu’elle recherche et qu’elle met en perspective dans son époque.

Un portrait très agréable à lire, qui a reçu le Grand Prix 2020 de l’Académie de Marine.

CV(H) Gérald BONNIER
21/11/2020

Edmond Pâris et l’art naval
Des pirogues aux cuirassés
Géraldine Barron
Presses universitaires du Midi

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM - Siège

86 rue d’Amsterdam

75009 Paris

Email:

Log in