Retrouvez Les voyages immobiles – Rêveries en confinement, textes proposés par le comité de lecture du prix Marine BZ Cliquez ici pour accéder à la page

Prix Marine PhotoEntete

Bravo Zulu


Yachts Classiques

« What looks right is right » s’est exclamé Louis V. Fulton lors du lancement de son ketch Eilean en 1929.

Il en est de même pour « Yachts Classiques » , très bel ouvrage des éditions E/P/A, présenté en coffret, écrit par François Chevalier et magnifié par les photos de Gilles Martin-Raget.

Avant toute chose, mettons-nous d’accord : il s’agit ici de prononcer « yôte », car nous parlons de la belle plaisance. Au 16ème siècle, on prononçait « yac » pour désigner un vaisseau de guerre hollandais mais à la période moderne, le bâtiment est devenu, chez les anglais, un « bateau de promenade et de course» et nous avons donc repris leur prononciation, c’est à dire « yôte ».

Tout est affaire de culture maritime et il faut avouer que de l’autre côté de la Manche on ne manque pas de bras dans le domaine de l’architecture navale : William Fife, George Watson, Charles Nicholson, autant de (grands) noms d’architectes qui émaillent, avec d’autres, les 270 pages de « Yachts Classiques ».

C’est un livre conséquent, découpé en 19 escales, qui nous permettent de découvrir l’histoire extraordinaire de 19 yachts. On se régale des lignes impeccables de la goélette, de l’houari marseillais, du class J, du sloop ou encore du cotre aurique !

On y apprend comment le fameux trois-mâts Atlantic a été reconstruit et comment Nini devient Nin. A l’America’s Cup il n’y a qu’un premier, jamais de second et Bertha Krupp, alias la Grosse Bertha, femme de goût, a eu l’originalité d’offrir à son futur mari… une goélette !

Les textes de l’historien de la marine François Chevalier sont contreboutés par les extraordinaires photos de Gilles Martin-Raget qui, le temps d’une page glacée, nous donnent le sentiment d’être les heureux propriétaires d’un de ces voiliers de luxe. On y découvre les carrés et les cabines, les vernis impeccables, la sellerie blanc cassé qu’on n’aurait jamais imaginé choisir tellement elle peut être salissante et même, à bord du Mariska, un tableau de Marc Berthier, peintre officiel de la Marine.

Au gré des pages, « le voilier salue la survente sans broncher » et le lecteur en redemande, à quand le prochain coffret pour rêver encore un peu plus longtemps ?

Marie DETREE
Peintre Officiel de la Marine

27/09/2020

YACHTS CLASSIQUES
François Chevalier
Photographies Gilles Martin-RagetEditions E/P/A 

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM - Siège

86 rue d’Amsterdam

75009 Paris

Email:

Log in