Retrouvez Les voyages immobiles – Rêveries en confinement, textes proposés par le comité de lecture du prix Marine BZ Cliquez ici pour accéder à la page

Prix Marine PhotoEntete

Bravo Zulu


73° NORD

Pour son premier roman, Frédéric Thiriez a choisi de nous embarquer au beau milieu du passage du nord-ouest dans l’océan Arctique. Cette voie maritime qui longe la côte nord de l’Alaska et du Canada est de plus en plus pratiquée grâce à la fonte de la banquise, tout comme le passage du nord-est qui suit la côte nord de la Russie. En effet, ces deux passages raccourcissent considérablement les traversées intercontinentales.

C’est un véritable scénario catastrophe qui nous est proposé : en pleine tempête, le pétrolier John Franklin se brise sur un rocher non cartographié. Une terrible marée noire envahit les côtes canadiennes et groenlandaises. Le pétrole brut se répand également sous la banquise. La catastrophe écologique est totale.

Le drame se noue dans un futur relativement proche (2030) mais dans un contexte géopolitique significativement dégradé. La compétition entre les grandes puissances s’est exacerbée et celles-ci saisissent l’occasion d’utiliser la catastrophe à leur avantage pour accaparer des zones arctiques plus ou moins vastes. Les prétentions des unes et des autres se chevauchant largement, le conflit armé est sur le point d’éclater. On craint une troisième guerre mondiale.

C’est alors que la France, qui entretemps est passée de la Vème à la VIème république, prend la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU. Au terme d’un suspense diplomatique intense, elle parviendra à préserver la paix.

Voici un premier roman fort agréable à lire. L’intrique très originale nous permet de nous immerger dans divers milieux peu accessibles au commun des mortels. L’aspect maritime est particulièrement bien décrit. La plongée dans le dédale des institutions diplomatiques françaises et onusiennes ne manque pas de piquant. Et, une fois n’est pas coutume, la France a le beau rôle, ce qui ne gâche rien.

On peut juste regretter que la carte de l’Arctique soit un peu petite et n’apparaisse qu’en fin de volume, alors qu’elle serait bien utile au début du livre pour suivre les évolutions du John Franklin.

LV(H) Dominique RENIE
19/08/2020

73° NORD
Frédéric Thiriez
Editions Cent Mille Milliards

Voir également la recension du CF(H) Alain M. BRIERE

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM - Siège

86 rue d’Amsterdam

75009 Paris

Email:

Log in