Ecoutez ou ré-écoutez l'interview du CF(H) Jean-Paul Billot dans les Chroniques littorales de José-Manuel Lamarque sur France inter Cliquez ici pour accéder au podcast Les lauréats 2019 du prix littéraire PhotoEntete Bravo Zulu sont en ligne ! Cliquez ici pour accéder à la page

Prix Marine PhotoEntete

Bravo Zulu


Tu m’avais dit Ouessant

Gwenaëlle Abolivier, journaliste et auteure d’origine bretonne, part en plein hiver séjourner trois mois, soit une saison entière, sur l’île de Ouessant. Elle y réside seule dans le sémaphore de l’île démilitarisé et devenu une résidence d’auteurs.

Durant ces trois mois, l’auteure découvre l’isolement, la solitude, la dureté de cette île sauvage mais aussi, une île et des habitants riches d’une histoire singulière.

Elle sillonne à vélo et à pieds l’île de long en large, elle la découvre dans ses moindres recoins, y rencontre ses habitants, farouches au premier abord, mais finalement si attachants. Ces derniers, intrigués d’abord de voir cette femme du continent venir seule sur leur territoire, de surcroit s’installer dans le sémaphore, vont finalement l’accueillir chez eux, dans leur maison puis dans leur intimité pour lui raconter l’histoire de l’île et de ses habitants.

L’auteure nous raconte, dans un style empreint d’une poésie toute particulière, ses nuits solitaires dans le sémaphore, ses journées d’écriture, les phares et leurs gardiens qu’elle semble affectionner particulièrement, ces femmes si fortes et fragiles à la fois et leur place singulière sur l’île, les hommes, absents de longs mois pour pouvoir faire vivre leur famille restée sur l’île, et qui ont tant de mal finalement à trouver leur place lors de leur retour…

L’auteure nous livre également de beaux et impressionnants moments de tempêtes…

Gwenaëlle Abolivier nous livre Ouessant, et pour ceux qui ont eu la chance de mettre le pied sur cette île singulière, ce livre permet sans aucun doute de retrouver des ressentis, ces moments de solitude, de calme et de plénitude que l’on ressent lorsqu’on parcourt ce gros caillou, que l’on se retrouve au pied de ces phares impressionnants, mais aussi ces instants où, en pleine tempête, on se sent bien petits face à des éléments déchainés.

Ce récit est non seulement bien écrit, mais il est aussi très intéressant pour connaître l’histoire des Ouessantins et de leur phare le plus célèbre, le fameux Creac’h, phare, le plus puissant d’Europe.

LV(R) Christelle DUPUY
16/03/2020

Tu m’avais dit Ouessant
Gwenaëlle Abolivier
Le mot et le reste

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM - Siège

86 rue d’Amsterdam

75009 Paris

Email:

Log in