Retrouvez Les voyages immobiles – Rêveries en confinement, textes proposés par le comité de lecture du prix Marine BZ Cliquez ici pour accéder à la page

Prix Marine PhotoEntete

Bravo Zulu


Le canal de Suez et l’Empire Ottoman

Historien et spécialiste de l’Empire Ottoman, l’auteur nous propose d’étudier l’histoire du canal de Suez du point de vue de l’Empire Ottoman. Il analyse les relations complexes entre cet empire et l’Egypte, depuis le traité de 1840, accordant une relative autonomie à celle-ci pour sa politique intérieure mais avec toujours la subordination à la Grande Porte pour sa politique extérieure et le recours à des financements étrangers.

Avant même la concession du canal en 1854 jusqu’à son inauguration en 1869 nous découvrons de nombreuses et subtiles négociations au sein du monde ottoman hostile au percement d’un canal risquant de favoriser le détachement de l’Egypte, mais admettant aussi qu’il permettrait de contrôler l’accès à La Mecque et à la mer rouge. Les diplomates anglais se sont aussi longuement efforcés de contrer les efforts de Ferdinand de Lesseps. Alors adjoint du consul de France à Alexandrie, celui-ci s’est d’abord appuyé sur les Saint-Simoniens pour recréer (un premier canal avait été comblé en768) un canal de la Méditerranée à la Mer Rouge, puis a réussi avec beaucoup d’énergie à circonvenir les responsables égyptiens, à influencer certains dignitaires ottomans et les milieux d’affaires européens pour créer en 1856 la Compagnie du Canal de Suez avec la souscription de nombreux épargnants français et le soutien de Napoléon III.

Sont exposées les nombreuses négociations avec les représentants turcs et égyptiens, relatives notamment aux compensations sur les terrains nécessaires à la réalisation du canal, le percement d’un canal d’eau douce et l’utilisation d’une main d’œuvre locale rémunérée. Après beaucoup d’efforts et d’intrigues, le canal fut inauguré en présence de l’impératrice Eugénie, de l’empereur d’Autriche et du duc de Prusse, sans le sultan ottoman…

La réalisation du canal a profondément transformé le commerce maritime et s’est avéré un succès pour les occidentaux, majoritairement anglais, avec le développement des exportations européennes et des importations d’Inde, Chine et Japon. En revanche, le seul acquis significatif local n’a été que l’irrigation de terres arides grâce au canal d’eau douce, tandis que l’influence de l’empire ottoman sort diminuée, l’Egypte surendettée et ses élites corrompues.

Cette étude historique très documentée est destinée à un public intéressé par l’évolution des voies maritimes et les luttes d’influence au moyen orient. Elle constitue un exposé passionnant sur une histoire très complexe, qui a laissé durablement des traces.

CF(H) Philippe BEAUCHESNE
04/02/2020

Le canal de Suez et l’Empire Ottoman
Faruk BILICI
CNRS Editions

Voir également la recension du CV(H) François – Emmanuel BREZET



Bonus : Podcast de l’interview de Faruk BILICI Jose Manuel Lamarque pour Chronique Littorale sur France Inter



mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM - Siège

86 rue d’Amsterdam

75009 Paris

Email:

Log in