Les lauréats 2018 du prix littéraire PhotoEntete Bravo Zulu sont en ligne ! Cliquez ici pour accéder à la page

Prix Marine PhotoEntete

Bravo Zulu


Dans le sillage de l’Invincible Armada

Envoyée par Philippe II pour mettre à la raison l’Angleterre protestante d’Elizabeth I, qui  soutenait les « gueux »  des Pays Bas révoltés contre lui, l’Armada ne fut, tant s’en faut,  ni « Invincible » – terme forgé par un  communicant Anglais de l’époque –  ni «  Bienheureuse », « Felicisima » comme préféraient l’appeler les Espagnols.

Laurent Joffrin nous raconte son calvaire, avec talent.

Le périple jusqu‘aux Orcades des navires espagnols constitue la trame de ce récit. Celui que fit, dans son sillage, l’auteur sur son sloop « Pleg Mor »,Petite crique – en est le contrepoint. Tout ceci est fort passionnant, comme une conversation de carré entre amateurs éclairés.

Les marins espagnols furent contraints, par le vent, grand stratège de cette saga,  de prendre,  après quatre combats indécis en Manche,  une route de retour meurtrière qui les fit passer par le nord de l’Ecosse avant de longer les Hébrides et l’Irlande. Dépressions et tempêtes achevèrent leur déroute, 15 000 marins et soldats ne revinrent pas de guerre et seuls 6o navires, sur les 130 qui en étaient partis,  atteignirent l’Espagne.

Dans le sillage de l’Armada, malgré motorisation, GPS, VHF et météo planétaire, la navigation d’un voilier n’est toujours pas exempte d’aléas. En dépit de toutes ces aides, il vient immanquablement un moment où il faut décider, vite… Le carnet de route l’auteur nous fait partager ses affres dans ce domaine et ses descriptions : côtes, courants,  ports et autochtones,  illustrent à merveille sa narration du périple de 1588.

A ces chroniques, avec une hauteur de vue et un sens de la synthèse qu’appuie une culture plus qu’appréciable, l’auteur ajoute ses considérations sur l’évolution de la navigation et la manière dont le sort de la terre s’est bien souvent joué sur l’eau.

Il s’en dégage, de plus,  une note d’humanité bienvenue, car il n’est pas interdit  de partager son goût  pour le vagabondage côtier, où l’on peut faire tête sur un estaminet accueillant dont  le patron vous sert une cuisine relevée, avec une bouteille de rosé qui va bien avec.

Les pauvres marins espagnols – qui n’avaient certes pas démérité –  n’eurent pas cette chance.

CF(H) Jean-Paul BILLOT
Président, comité du prix littéraire de l’ACORAM
Prix Marine  Bravo Zulu
12/11/2018

 

Dans le sillage de l’Invincible Armada
Laurent Joffrin
Paulsen

 

 

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM - Siège
86, rue d'Amsterdam
75009 Paris

Tel: +33 (0)1 40 16 25 45

Email: contact@acoram.fr

Log in