Les lauréats 2019 du prix littéraire PhotoEntete Bravo Zulu sont en ligne ! Cliquez ici pour accéder à la page

Prix Marine PhotoEntete

Bravo Zulu


Un cri sous-marin

Le 28 novembre 2009, le monument national dédié à la mémoire des sous-mariniers morts pour la France ou en service commandé est inauguré à Toulon. Les noms de cinquante bâtiments mais aussi de 1680 officiers, officiers-mariniers et matelots y sont gravés. Cela rappelle que derrière les commémorations et évocations des faits militaires de notre histoire se cachent des personnes, des destins, des aventures humaines.
Avec ce livre « un cri sous marin », Anne d’Hont, rend pleinement hommage à l’un d’entre eux, son père, le Lieutenant de Vaisseau, Jean Lefèvre, (Capitaine de Corvette à titre posthume), commandant du Conquérant, un sous-marin de 1500 tonnes. Elle nous présente la carrière de ce Polytechnicien (promotion 1925) que sa vocation conduit à rejoindre la Marine.

L’épopée mène le lecteur à le suivre lors de son école d’application sur le croiseur Jeanne d’Arc, construit en 1901, puis dans ses nombreuses affectations sur différents bâtiments de surface, qui le conduiront notamment pour une mission de deux ans en Extrême Orient, sur le croiseur Primauguet. Dès le début de sa carrière, pourtant, il voit naître sa vocation pour les sous marins. Alors qu’il termine sa formation initiale, lui que se croyait « fana » des canons, de biffe et des transmissions, reconnait que l’impression lors d’une visite d’un de ces bâtiments fut beaucoup plus vive, s’interrogeant clairement : « Aurais-je trouvé ma spécialité ? ».

Cela le mènera au commandement de la Thétis, de 600 tonnes, destinée à la défense côtière, puis du Conquérant, à bord duquel il disparaitra avec son équipage le 13 novembre 1942. Moment tragique où il était soumis aux attaques d’avions américains. Il venait de s’échapper de Casablanca, bombardé dans le cadre de l’Opération Torch, qui visait à faire basculer l’empire colonial français en Afrique, resté fidèle à Vichy, dans l’orbite des alliés.

Il faudra attendre dix ans, et encore par l’intermédiaire de la parution d’un livre sur cette bataille de Casablanca, pour que la famille apprenne les conditions exactes de la destruction du Conquérant, officiellement : « disparu en mer ».

Mais au-delà du caractère déjà particulier de la fin de cette histoire, ce qui fait l’originalité de ce livre, c’est de livrer et de révéler au lecteur la vie de la famille de Jean Lefèvre, presque au quotidien, de 1927 à 1942. Nous y découvrons les joies et les difficultés de son entourage : naissance des enfants, activités pendant les longues absences, partage d’émotions par lettres interposées de Jean avec son épouse, choc de sa disparition, et perception de cette ambiance par sa fille qui a pris la plume. Cette fois ci, au delà du seul marin sortit de l’anonymat par une stèle, c’est la vie de son conjoint et de ses enfants qui fait : « surface ». L’histoire en prend un caractère encore plus vivant. Nous les voyons évoluer, non seulement en fonction des aléas de la carrière de Jean Lefèvre, mais aussi à travers les us et coutumes de l’époque. Et il faut y ajouter les épreuves et moments déchirants pour la Marine au cours des trois premières années de la Seconde Guerre Mondiale, et les choix politiques complexes d’alors.

A ce titre, le caractère intimiste de cet ouvrage constitue un témoignage hors pair pour l’historien. Mais c’est aussi un éclairage pour chacun de nos concitoyens qui peuvent ainsi percevoir que, derrière les stèles, se gravent l’histoire, non seulement des personnes citées, mais aussi celle de tout leur entourage. Annick d’Hont leur rend ici un vibrant hommage que la Nation leur doit également.

CF(R) Ulrich-André RENAULDON
31/07/2018

 

Un cri sous-marin
Annick d’Hont
Ouvrage édité en souscription

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM - Siège
86, rue d'Amsterdam
75009 Paris

Tel: +33 (0)1 40 16 25 45

Email:

Log in