Les lauréats 2018 du prix littéraire PhotoEntete Bravo Zulu sont en ligne ! Cliquez ici pour accéder à la page

Prix Marine PhotoEntete

Bravo Zulu


Histoires de la mer

« Les larmes de nos souverains ont souvent le goût salé de la mer qu’ils ont ignorée.» La formule est attribuée à Richelieu et couramment reprise pour caractériser l’insuffisance structurelle de la prise en compte du fait maritime en France, par nos dirigeants, dans le temps long de l’histoire,

La perspective de Jacques Attali, dans ses récentes Histoire de la mer, est de montrer cette nécessité vitale de prendre en compte les choses de la mer ; son objectif est de partir de la réalité historique, dans une logique de vulgarisation. Son ambition est aussi globale ; il s’agit de privilégier le point de vue mondial sur la mer, des origines de la vie aux transports et équilibres maritimes de la mondialisation d’aujourd’hui.  La perspective nationale n’est pourtant pas oubliée et l’ouvrage est jalonné par le récit des « tentatives françaises » de prise en compte pleine et entière du fait maritime, la première étant contemporaine de la Guerre de Cent ans, à partir de Rouen, la neuvième et dernière étant celle des enjeux de l’énorme ZEE de notre pays et de ses ports maritimes, avec un accent sur le projet « Port 2000 » au Havre. L’intérêt manifesté à plusieurs reprises dans le livre pour la basse Seine n’est pas étonnant pour un auteur qui a fait naguère de cet axe la condition d’un véritable statut métropolitain pour notre capitale. On aurait attendu un développement plus significatif de ces « tentatives françaises ». Elles sont là au moins pour interpeler le lecteur et le décideur français sur tant d’occasions manquées ou encore inabouties.

C’est donc de l’océan mondial et du monde en général que nous parlent surtout ces Histoires de la mer, avec les différentes étapes d’une fresque historique. Le regard peut être assez original, par exemple quand il semble privilégier, par une attention plus poussée, l’antiquité latine à la période grecque, habituellement plus soulignée dans la naissance des hégémonies maritimes. Les différents chapitres sont en fait des synthèses réalisées par la compilation raisonnée des études récentes sur ces questions, récapitulées ensuite en une abondante bibliographie finale, qui est un outil essentiel pour dépasser une vulgarisation claire mais nécessairement généraliste dans son projet. La sitologie et la filmographie ne sont pas oubliées dans ces références. La vaste synthèse de Jacques Attali est ainsi en harmonie avec le récent programme de recherche Océanides, dont les travaux ont trouvé leur clôture en 2017 également, synthétisés dans un récent numéro spécial des Etudes marines Jacques Attali  a été lui-même associé à Océanides et la coïncidence n’est pas fortuite. La mer y est présentée, entre autres, comme « moteur de l’histoire ».  On retrouve bien le parallèle des Histoires de la mer.

Il y a donc dans les Histoire de la mer matière à diffuser dans le public français l’importance historique et mondiale du fait maritime. C’est un bon outil de vulgarisation et de promotion pour tous les « ambassadeurs de la mer ». Précisions et approfondissement sont ensuite possibles à partir de la bibliographie.

CV(R) Marc LEVATOIS
14/04/2018

 

 Histoires de la mer
Jacques Attali
Editons Fayard

Voir aussi la recension du CV(H) Alain M. BRIERE

 

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM - Siège
86, rue d'Amsterdam
75009 Paris

Tel: +33 (0)1 40 16 25 45

Email: contact@acoram.fr

Log in