Les lauréats 2019 du prix littéraire PhotoEntete Bravo Zulu sont en ligne ! Cliquez ici pour accéder à la page

Prix Marine PhotoEntete

Bravo Zulu


Le jardin des explorateurs

Après une belle carrière dans la Marine nationale qui a culminé avec les postes prestigieux de préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord, puis de commandant de la zone maritime de l’océan indien (Alindien), et enfin de Préfet maritime de l’Atlantique, Laurent Mérer a entamé une nouvelle vie d’écrivain et de voyageur. Il a publié chez divers éditeurs une dizaine d’ouvrages, pratiquement tous primés dont le premier, « Alindien », par l’Académie française. Les deux derniers (Nos Carnets d’Ethiopie et Le Jardin des Explorateurs, objet de cette recension) sont des récits de voyages écrits à quatre mains avec son épouse Corinne.

Le Jardin des Explorateurs rapporte leurs souvenirs de périples successifs à Madagascar, dans les parties australes du Chili et de l’Argentine, au sud de la Nouvelle Zélande, à travers l’Australie, au Viêt-Nam, au Cambodge, dans les îles du « grand Sud » : Malouines, Falklands, aux confins du continent antarctique, de retour au Cambodge et au Laos et, pour finir, en Iran.

Nos voyageurs attentifs et aguerris tentent autant que possible d’aller à contre-courant des circuits touristiques traditionnels, d’expliquer le présent par des rappels historiques. Partout où ils l’ont pu, ils ont emprunté les moyens de transport des populations locales, se sont déplacés à pied, sac au dos, ont rencontré les habitants, communiquant par gestes lorsque la barrière linguistique était par trop impénétrable.

Ils en retirent des impressions et des descriptions de première main qu’ils savent traduire dans un texte fluide et imagé qui nous fait voyager avec eux. Loin des images superficielles d’un tourisme « officiel » et d’une représentation médiatique « politiquement correcte », Corinne et Laurent Mérer s’interrogent parfois sur l’évolution et l’avenir de certains pays visités. Avec eux, on réalise que, parfois du moins, la pire calamité qui ait frappé des nations qui ont fait partie de notre Empire a été la décolonisation. Celle-ci a fait place, dans l’aveuglement Onusien, à la misère, aux guerres interethniques, à la dictature et à la corruption généralisée.

Tous ces maux sont souvent aggravés par une « colonisation » d’un nouveau genre, d’ordre économique cette fois, de la part de la Chine et surtout, malgré une intention originelle louable, de « l’ONG-ite » qui, au mieux disperse sa manne dans des projets concurrentiels et, au pire, crée un étage supplémentaire à la « fusée corruption », locale comme internationale. Les auteurs ont souvent pu constater l’arrogance d’une nouvelle aristocratie humanitaire circulant à bord de 4×4 rutilants et squattant les quelques palaces existants, dilapidant l’argent de l’aide en conférences inutiles sans bénéfice pour les populations miséreuses qu’elle est censée aider.

L’accueil et les traditions vivaces ou artificielles (à destination des touristes) des habitants selon les pays, la beauté des paysages, de la faune et de la flore comme les dangers qui peuvent les menacer ou, trop rarement, leur bonne santé durable sont rendus de façon agréablement saisissante sous la plume de Corinne et Laurent Mérer. On peut seulement regretter que les auteurs n’aient souhaité ou pu illustrer photographiquement leur ouvrage.

 

CF(H) JM CHOFFEL
09/03/2018

 

Le jardin des explorateurs
Corinne et Laurent Mérer
Erick Bonnier

Voir aussi la recension du CF(H) A M. BRIERE

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM - Siège
86, rue d'Amsterdam
75009 Paris

Tel: +33 (0)1 40 16 25 45

Email:

Log in