Les lauréats 2018 du prix littéraire PhotoEntete Bravo Zulu sont en ligne ! Cliquez ici pour accéder à la page

Prix Marine PhotoEntete

Bravo Zulu


La grande histoire vue de la Mer

Au terme d’un travail colossal de recherches et d’érudition, l’amiral Bellec nous avait merveilleusement conté l’histoire grandiose et misérable des relations entre les hommes et l’océan. Directeur scientifique du programme Océanides, historien et membre de l’Académie de marine, Christian Buchet s’essaie à son tour de nous démontrer que la Mer plutôt que la Terre, est un espace de référence historique et affirme, indéniablement avec raison, que celui qui regarde la mer comprend l’histoire du Monde.

Cet impressionnant ouvrage, superbement illustré et préfacé par Jean-Louis Etienne, se fonde sur le programme en sciences humaines le plus important depuis l’Encyclopédie, qui a permis d’évaluer l’impact du fait maritime dans l’histoire de l’humanité, de la préhistoire à nos jours.

L’Empire Perse, première puissance maritime de l’histoire cède sa place à la Grèce et à son tour à Carthage qui sera détruite par Rome, elle-même évincée par Byzance finalement supplantée par Venise, introduction aux Temps modernes qui auront été principalement marqués par l’aventure Atlantique et le contournement du Cap de Bonne Espérance. Cette succession de dominations maritimes souligne le lien étroit entre maîtrise des mers et puissance politique et économique. A ce propos, pourquoi la France malgré tous ses atouts est-elle restée éminemment terrienne alors que la plupart de ses voisins ont très tôt considéré que la mer constituait la plus vaste zone de libre échange au monde ? L’auteur se livre à une analyse fine et passionnante entre Angleterre et France dont les différences expliquent en partie que les Anglais ont toujours su regarder vers le large alors que nous avions les yeux rivés sur les terres de l’Est d’où était censé venir le danger. Or, qui contrôle la mer contrôle le commerce ; qui contrôle le commerce contrôle les richesses du monde et par conséquent, le monde lui-même disait déjà au XVIème siècle, Sir Walter Raleigh…

L’essor du secteur maritime est source de richesses mais aussi de conflits d’où la nécessité de posséder une flotte de combat. S’ensuit une démonstration magistrale de l’auteur sur le cercle vertueux d’une économie stimulée par le commerce international qui nourrit le budget d’un Etat et lui permet de faire face à la construction et à l’entretien d’une flotte qui à son tour permet de poursuivre les échanges internationaux. Il y a les sociétés à dynamique commerciale avérée, qui profitent d’un cercle vertueux de croissance fondé sur le développement maritime et l’édification d’une puissance marine et, il y a les Etats fermés sur eux-mêmes, seulement capables de développer une puissante armée de terre et une économie rurale. Pour appuyer le propos, Christian Buchet multiplie les exemples et déroule ses arguments d’une logique confondante. Rouen plutôt que Paris, Mumbai plutôt que Delhi, Hong-Kong ou Shanghai plutôt que Beijing, ce choix différent de capitale aurait-il pu améliorer le développement maritime du pays considéré ?

L’espace asiatique n’est pas oublié, pour constater qu’il a repris en main sa destinée économique et que la Chine après avoir méprisé le périple de Zheng He, court maintenant à pas de géant vers sa maritimisation, avec aussi l’arrière-pensée d’isoler l’Inde voisine par la même occasion.

La mer, dans sa globalité, reste le sixième et dernier continent à découvrir : gaz, pétrole, métaux stratégiques, diamants, apport des algues dans la cosmétologie, la pharmacologie et surtout dans la lutte contre la faim dans le monde.

Mais le danger c’est bien sur la surexploitation des ressources et sa menace sur les écosystèmes marins. D’où la nécessité d’une gouvernance partagée des zones maritimes. En prend-on le chemin ? Montego Bay et ses zones économiques exclusives ont plutôt réveillé des rivalités !

Christian Buchet reste optimiste et, en ce qui concerne la France, il pense que ses atouts lui permettront enfin d’avoir une politique à la mesure de son espace maritime, le deuxième du monde.

Fasse Neptune que Jupiter l’entende !!

CF(H) Alain M. BRIERE
06/03/2018

La grande histoire vue de la Mer
Christian Buchet
Editions du Cherche midi – Septembre 2017

Voir aussi la recension du CF(H) François TESSON

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM - Siège
86, rue d'Amsterdam
75009 Paris

Tel: +33 (0)1 40 16 25 45

Email: contact@acoram.fr

Log in