Les lauréats 2019 du prix littéraire PhotoEntete Bravo Zulu sont en ligne ! Cliquez ici pour accéder à la page

Prix Marine PhotoEntete

Bravo Zulu


Mission Buthacus « kidnapping en eaux troubles »

A la base, tous les ingrédients sont réunis pour que ce roman emporte l’adhésion :

L’éditeur, dont les publications à caractère historique sont plus qu’appréciables, lance une nouvelle collection « actions clandestines » avec un ouvrage où se trouvent rapprochés deux univers familiers : Marine nationale et marine marchande.

Le récit d’une opération spéciale pour libérer des otages victimes de la piraterie en Afrique, capte rapidement l’attention. L’auteur, connaisseur expert, évite les incohérences souvent rencontrées dans les romans écrits par ceux qui n’ont pas toujours les bases juridiques ou techniques appropriées.

La mission Buthacus, du nom d’une espèce de Scorpion pourrait très bien avoir eu lieu dans le cadre de la mission Corymbe, mission de protection des marines occidentales au large de la côte ouest de l’Afrique pour protéger les routes maritimes.

Dans le Golfe de Guinée, les actes de piraterie remontent aux années 70 avec l’apparition des transactions commerciales notamment avec les réserves d’hydrocarbure du delta du Niger. Dans un environnement géopolitique complexe et actuel, le décor de l’enlèvement de l’équipage rappelle que dans cette région les pirates sont des pêcheurs qui saisissent une opportunité pour survivre mais aussi des groupes armés qui répondent à la demande d’un marché du kidnapping, avec une valeur de monnayage en fonction de la nationalité des otages.

On garde en mémoire l’intervention des commandos marine sur le Ponant en 2008, et les images du film Captain Philipps de Paul Greengrass en 2013 avec Tom Hanks au sujet de la prise d’otage du Maersk Alabama.

Dans ce contexte connu, la dimension romanesque est accentuée par le lien fraternel entre son libérateur et le prisonnier. Toutefois, le nombre trop important de détails techniques nuit à la fluidité du récit. Cette accumulation, propice, certes, à l’instruction des néophytes est parfois agaçante.

L’enthousiasme du départ s’essouffle avec l’impression qu’il s’agit d’un compte rendu de mission plutôt que d’un roman.

Il est souhaitable que François Morizur réitère – nous l’y encourageons vivement – son essai : les éléments de succès sont là et ne demandent qu’à être optimisés.

A lire, donc, en attendant la suite, avec intérêt…

EV1( R) A. JEANNE
08/06/2017

 

MISSION BUTHACUS

François MORIZUR
Editions Pierre de Taillac, collection « actions clandestines »

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM - Siège
86, rue d'Amsterdam
75009 Paris

Tel: +33 (0)1 40 16 25 45

Email:

Log in