Retrouvez Les voyages immobiles – Rêveries en confinement, textes proposés par le comité de lecture du prix Marine BZ Cliquez ici pour accéder à la page

Prix Marine PhotoEntete

Bravo Zulu


Moby Dick – Livre premier

Le Prix Marine & Océans 2014 catégorie “Bandes-dessinées” a été décerné à Christophe Chabouté pour Moby Dick.

Il est difficile de se frotter au roman mythique éponyme, chef-d’oeuvre absolu de la littérature américaine.

Christophe Chabouté, qui s’était déjà immergé dans l’univers maritime avec Les Terre-
Neuvas, a le trait de plume “qui va bien” pour illustrer la folie du Capitaine Achab en quête de vengeance tel l’humanité foudroyée aux prises avec ses propres vertiges, avec ses insondables déchirures, sous la gifle des tempêtes (André Clavel – revue Lire), dans un voyage sans retour vers la terre promise.

Le noir et blanc conviennent a cette évocation de la dure chasse à la baleine, glauque, sur des mers peu clémentes, par un ramassis d’individus venant de tous les horizons, à l’aspect peu engageant et pourtant si emblématiques d’une Amérique en proie aux discriminations.

Le trait est vigoureux, les caractères bien trempés dans l’encre de Chine, les planches alternent réflexions philosophiques et éclaircissement techniques mais à trop vouloir coller au récit, le dessinateur s’essouffle et doit opérer des raccourcis en laissant de côté beaucoup des détails qui font le sel du roman de Melville. Je n’ai pas vu les ossements des baleines et leurs dépouilles, trophées de chasses passées qui donnent au Pequod l’aspect d’un vaisseau cannibale. Je n’ai pas reconnu Dagoo, cet harponneur africain à la taille impressionnante.

J’aurais aimé voir de plus près la jambe d’ajut d’Achab faite de l’ivoire d’un cachalot.

Mais en même temps, je réalise la difficulté à traduire en images ne serait-ce que les célèbres premiers mots de l’ouvrage original ‘Call me Ismaël…’ pour présenter le narrateur, qui est ici affublé d’une physionomie peu justifiée.

Cette transposition en bandes dessinées du début du roman de Melville ne convainc pas tout à fait mais je ne préjuge pas de la seconde partie annoncée pour septembre prochain.

En tout cas, l’album est un excellent incitateur pour la découverte du magnifique ouvrage qui lui a servi de scénario.

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM - Siège

86 rue d’Amsterdam

75009 Paris

Email:

Log in