Les lauréats 2019 du prix littéraire PhotoEntete Bravo Zulu sont en ligne ! Cliquez ici pour accéder à la page

Prix Marine PhotoEntete

Bravo Zulu


Le bourbier afghan

PMO_LeBourbierAfghan« L’effondrement du régime des taliban  à la fin de 2001 a permis d’espérer un retour immédiat à la paix civile, suivi de la reconstruction rapide de l’Afghanistan…

Près de dix années plus tard, le désordre est toujours présent : les taliban reviennent en force, les Afghans considèrent que la situation ne s’améliore pas et les opinions publiques mondiales sont lasses de cette guerre qui n‘en finit plus ».

Le propos de Jean Fleury est de nous donner des clés pour suivre, à défaut de comprendre,  le conflit afghan.  Tout d’abord, il nous fait visiter l’Afghanistan, pays de montagnes, dont la majorité du territoire est à plus de 1 000 mètres d’altitude, où les pluies sont peu abondantes et les terres agricoles rares. Il nous fait rencontrer le peuple afghan, mosaïque d’ethnies dont les traits communs sont l’appartenance à la religion musulmane et des traditions communautaires – familles et tribus – très fortes.

Ensuite, Jean Fleury, nous entraîne dans l’histoire de cette région, située au carrefour des grandes  invasions et des routes de la soie. Les temps les plus reculés résonnent des noms de Cyrus – roi des Perses, Alexandre le Grand – roi de Macédoine ; les 13ème et 14ème siècles des noms de Gengis Khan et de Tamerlan. Ainsi l’Afghanistan a toujours été un vaste et perpétuel champ de bataille, encore soumis au « grand jeu », suivant une expression britannique qualifiant les manœuvres conduites par la Russie et l’Angleterre vers 1850, afin de faire entrer ce territoire dans leurs sphères d’influences.

Le 20ème siècle sera marqué par la rivalité URSS-USA. La première soutenant l’Afghanistan et les seconds le Pakistan voisin. L’assistance technique soviétique s’intensifie en Afghanistan et le communisme y est largement prêché. Mais le régime pro-soviétique de Kaboul est avant tout pachtoune, la tradition et les mollahs tranchent très souvent de manière contraire à l’idéologie marxiste. Le 24 décembre 1979, les soviétiques arrivent à Kaboul. Le corps expéditionnaire comptera jusqu’à 150 000 hommes, dont le dernier quittera le territoire afghan en février 1989.

Progressivement, le chacun pour soi prévaut, les tribus se disputent  et les alliances se font et se défont. Le pays est livré au brigandage et au racket. Devant la poussée soviétique, de nombreux Afghans se sont réfugiés au Pakistan, où ils sont accueillis et fréquentent  les écoles coraniques. Les mollahs inquiets des activités criminelles qui se propagent en Afghanistan, convainquent leurs étudiants en théologie de la valeur d’une société respectant les enseignements du prophète. Ces étudiants qui ont appris à se servir d’une arme depuis leur plus jeune âge, prennent le nom de « taliban », et l’aventure commence.

Les taliban n’ont appris que mécaniquement le Coran et n’ont aucune culture générale. Ils l’appliquent à la lettre sans le replacer dans son contexte, ni l’analyser. Pour eux, l’Occident est l’ennemi, qui s’oppose à la propagation de l’Islam. En mars 1996, ils accueillent Oussama Ben Laden – chef d’al-Qaïda.

Les attentats du 11 Septembre 2001 provoquent la stupeur du monde entier. Dès le 14, le Congrès autorise l’usage de la force armée contre les responsables de ces attentats et ceux qui les  soutiennent. La coalition internationale se met rapidement en place, et, le 20 octobre, la France est présente dans le ciel afghan. En décembre, le régime des taliban s’effondre, tant par la supériorité militaire américaine que par le rejet par la population des étudiants en religion.

Reconstituant leurs forces dans les zones pakistanaises, les taliban changent de tactique et multiplient guet-apens, coups de feu et autres engins explosifs improvisés. Sans uniformes, les assaillants se mélangent à la population, où les coutumes d’hospitalité, de droit d’asile et de vengeance restent très fortes.

« Le retrait rapide des troupes étrangères, laissant les Afghans seuls face à leurs problèmes, serait un retour à la case départ. A ce jour, le Président Karzaï ne dispose pas d’une armée ni d’une police suffisantes pour contrer les taliban. Dès lors, la menace extrémiste islamique disposerait de la plate-forme nécessaire pour se lancer  à l’assaut du monde occidental  et y multiplier les attentats.
C’est pour empêcher que des actes criminels, visant notre sol et nos compatriotes, soient préparés en Afghanistan que nos soldats y tombent au champ d’honneur. »

 

CV ( R ) Gérald BONNIER

mots-clés :

Nous contacter

Prix Marine Bravo Zulu
ACORAM - Siège
86, rue d'Amsterdam
75009 Paris

Tel: +33 (0)1 40 16 25 45

Email:

Log in