Association des Officiers de Réserve de la Marine Nationale



Les lauréats 2019 du prix littéraire PhotoEntete Bravo Zulu sont en ligne ! Cliquez ici pour accéder à la page Prochaine conférence, le 17 décembre à 18h30, amphi des Vallières de l'Ecole militaire : Histoire de l’aéronautique navale de 1910 au Rafale Marine, prononcée par l’amiral(2S) Alain OUDOT de DAINVILLE (plus d'informations)

Le chant du loup au cinéma !

“A la poursuite d’ Octobre Rouge” avait mis la barre très haut en matière de film de sous-marins. La filmographie comporte aussi des chefs-d’œuvre remarquables, comme “Das Boot”, difficiles à égaler !
Le “Chant du Loup” vient de se hisser au rang des meilleurs.

Le réalisateur Antonin Baudry nous avait déjà ravis avec son “Quai d’Orsay” où on découvrait, en riant beaucoup, une jeune inconnue appelée à la célébrité “politico-people”.

Ce film mérite le podium pour au moins trois raisons, que j’espère le grand public appréciera, tout comme les initiés le font sans réserve.
Les acteurs (premiers rôles, second rôles et marins-figurants) sont très authentiques dans leurs comportements, sonnent justes dans leurs dialogues et jusque dans les plus infimes détails.

Les lieux de tournage et les décors sont parfaitement rendus grâce à la coopération généreuse de la Marine nationale et au travail remarquable du SIRPA et de la DICOD. Le feux vert du Ministère des Armées a été fort bien utilisé (comme pour le Bureau des Légendes).

Les situations sont exposées avec réalisme et un grand souci d’exactitude.
Les effets spéciaux et en particulier la bande son méritent notre admiration pour peu que l’on dispose d’un dispositif de projection performant (salle de projection ou home-cinema)

Techniquement le cinéma et le scenario exigent que les incendies ne fassent pas trop de fumée et les torpilles trop de dégâts. Détails, détails.

Donc ALFOST (Matthieu Kassovitz), les pachas de SNA (Omar Sy et Reda Kateb), le chef du CIRA, et l’oreille d’or (François Civil) sont les acteurs parfaits d’un scenario surprenant. La fiction géostratégique, un peu osée, est bien crédibilisée par le soin de la réalisation (trois ans de travail jour et nuit…)

Bien sur, ce récit dramatique risque de ne pas susciter des vocations de sous-marinier, quoique …? Il y a aussi en creux un exposé pédagogique de la dissuasion et de l’ultime ordre présidentiel qui ne manque pas de pertinence.

Deux heures qui passent comme l’éclair et vous laissent ravi de ce très très bon moment de stress.

CF(H) LJB

Un autre retour sur le film :

mots-clés :

Nous contacter

ACORAM - Siège
86, rue d'Amsterdam
75009 Paris

Tel: +33 (0)1 40 16 25 45

Email: contact@acoram.fr

Log in